cross.png

Charles Bonvin SA

Avec plus de cent ans de traditions vinicoles, La maison Bonvin a participé à l’évolution des pratiques viticoles et a façonné le paysage sédunois. En l’an 1800, les bâtisseurs de Brûlefer lèvent le regard vers trois pentes sichteuses nommées « Les Landes du Château » et se questionnent : « Oui la vigne serait bien là-haut, mais comment l’irriguer ? On n’a jamais vu l’eau remonter une pente ! Et bien tant pis, on la montera à dos de mulet, dans des outres en cuire. » Lorsque la technique n’était pas encore au rendez-vous, la ténacité propre à toutes les générations de la famille Bonvin va prendre le dessus et leur a ainsi permis de faire face à toute sorte d’obstacles, et parfois de taille ! Amour et obstination, passion et sueur, voilà le lot des Bonvins. Mais cela fait aujourd’hui de Clos du Château un merveilleux jardin suspendu, dominant la plaine du Rhône et offrant aux visiteurs le panorama grandiose du Valais et des Alpes. Point culminant de votre balade, vous finirez sur une vue majestueuse. A ne pas manquer ! On trouve des Bonvins à Sion depuis 1450, c’est dire s’ils font partie du paysage ! Ils sont venus de la vallée du Sud de Domodossola pour semer une quantité de notables, hommes de loi, médecins, prêtres, officiers, commerçants et parmi ceux qui nous intéressent le plus ici, une grande lignée de marchands de vins. Charles Marie Bonvin, fondateur de la maison en 1858, l’a mise sur pied lorsque le vin du Valais n’avait pas encore la cote. Manque de régularité, pas de constance ni de quantité, il était impossible d’exploiter les petits succès des spécialités provenant des vieux cépages. Les procédés de vinification laissaient trop à désirer : chacun faisait sa petite cuisine ce qui rendait le commerce impossible. C’est là que Charles Marie Bonvin innove en s’attelant, à la difficile tâche de régularisation de la viticulture valaisanne en apprenant à maîtriser son terroir et à exploiter l’entier de son potentiel. L’ambition ne s’arrête pas là, mais prend de l’ampleur avec l’arrivée de Félix Bonvin : de sa main, il nivelle la colline, comble le ravin, élimine la forêt avec trente-cinq kilos de dynamite. Il s’occupe de cinquante-cinq mille mètres carrés en quatre ans. Il est l’ingénieur, le mineur, et le terrassier à la tête de ses ouvriers. Poussant, creusant de ses mains, rabattant la terre, épandant le schiste… Sa vigne neuve, il l’a tellement faite, tellement vécue, que l’on est fatigué rien qu’à observer le travail accompli. Il l’a arrosée d’eau et de soleil. Il a dédicacé toute son énergie au renouvellement de la viticulture valaisanne et a grandement innové dans le domaine. Les générations suivantes ont su reprendre le travail et continuer dans la même lignée que leurs ingénieux prédécesseurs. Dès 1858, la maison Bonvin a décidé de son destin et s’est ainsi promise à un bel avenir. Nous vous invitons à venir découvrir cette maison ancrée dans le terroir valaisan, symbole de sa viticulture héroïque qui a relevé le défi et aménagé des vignobles accrochés aux nuages. Depuis, la maison n’a jamais cessé d’évoluer : de la viticulture à la vente, et maintenant l’oenotourisme, cette maison vous surprendra toujours… Mais son identité, à présent bien établie, garde cette ligne inchangée des Domaines. A l’exemple des plus grandes maisons de vins françaises, Charles Bonvin SA s’est implantée au fil du temps grâce à la notoriété de ses vins dits de « Domaine ». Une maison du terroir produisant des millésimes de caractère vous attend !